Psychi Agona – Tome 1 : Perdus dans l’Arnisi de Mélodie Angevin

Il n’est plus à douter que l’autoédition n’est pas une voie de garage pour les auteurs qui souhaitent être publiés, et Mélodie Angevin nous le prouve à merveille à travers son deuxième roman et premier tome d’une trilogie : Psychi Agona.
Habituellement, je ne suis pas très friande de ce genre de littérature, car j’ai souvent du mal à m’imprégner de l’histoire. Mais à force de suivre l’auteure sur les réseaux, de lire les avis, j’ai fini par me laisser tenter, et ce, sans regret !
D’une certaine façon, on pourrait faire un lien avec l’animé de chez Pixar Vice et Versa, car c’est de ça qu’il s’agit ; si nos émotions étaient des entités, si notre mal-être était un monde, à quoi ressemblerait-il ?

Odessa manque cruellement de confiance en elle. Elle refoule ses blessures, tente de faire bonne figure, mais le jour où elle décide de quitter Cédric, un homme aux apparences toxiques, tout son monde s’effondre. Elle doit se confronter à cette obscurité qui prend de plus en plus de place dans son esprit. Au même moment, à Pnevma, Logos et Kardia se réveillent amnésiques dans un monde post-apocalyptique, à la recherche de leur identité et de réponses.
Je n’étais pas sûre de ce dans quoi j’allais embarquer quand j’ai commencé à voir ces deux mondes se chevaucher, mais, au fur et à mesure des pages, on plonge un peu plus profondément dans l’histoire, les énigmes se dévoilent et nous tiennent en haleine. On va de surprise en surprise à coup de : « ahhhhh mais c’était donc ça ! ». Je n’ai eu aucun mal à projeter l’histoire dans mon imaginaire ni à en dessiner les contours.
Les meurtrissures et les déchirures des héros feront sans aucun doute écho à beaucoup de personnes. Dans ce roman où les émotions sont le centre du Psychi Agona, de l’hypersensibilité, en passant par la dépression, les relations toxiques, où les démons qui nous hantent, chacun pourra y faire inconsciemment sa thérapie et pourquoi pas, partir en quête de son propre Pnevma ?

Résumé :
Et si le centre de nos émotions était un monde à part entière ?
Et si on avait la possibilité de voir à quoi il ressemble ?
Après une rupture difficile, Odessa consulte une psychologue qui va lui ouvrir les portes de ce voyage initiatique. Une thérapie unique qui lui offre des visions de son propre esprit. Mais ce qu’elle y découvre n’a rien de plaisant : une ville en ruines, déserte et perdue dans un brouillard infini.
Kardia et Logos se sont réveillés dans ce monde étrange avec pour seul souvenir leur prénom. Tout semble les opposer, et pourtant, ils vont devoir se battre ensemble pour déterrer leur passé et percer les mystères de cette apocalypse.
Odessa a pour mission de découvrir qui ils sont et contre quoi ils se battent. Elle va devoir avancer pas à pas pour se confronter à ses propres secrets et ses pires craintes. Elle se devra d’être forte, car cela demande beaucoup de courage d’entrer dans le Psychi Agona.

Citation :
« Les nuits étaient dominées par l’immense lune cachée par le brouillard. Le vent se levait alors, et une pluie fine l’accompagnait toujours. La météo semblait vivre de manière nocturne avant de s’éteindre au levé du jour. Et dès lors, le ciel projetait inlassablement la même lumière diffuse, comme si le soleil n’existait pas vraiment derrière cet épais voile clair. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close